fbpx

Quelles sont tes forces dans ton métier de Freelance ?

Passe le test de 15 questions en ligne et reçois GRATUITEMENT ton analyse personnalisée par mail.

ÉPISODE 6 – « Par un curieux hasard » by Stephan

par Vanessa Attia

20 avril 2020
Le Podcast arrive dans 2 secondes

 

S’élancer vers l’Est pour une curieuse rencontre   !

 

C’est à Strasbourg que je rencontre l’auteur des textes de la page Facebook « Par un Curieux hasard ».

Je m’y rends en train depuis Paris.

C’est le premier invité qui ne fait pas partie de la communauté Colancing.

Cependant, notre rencontre prend également racine au sein du virtuel via des échanges  sur Messenger.

J’ai découvert les textes de Stephan cet été.

Souvent, sous forme de dialogue entre un maître et un élève imaginaire, ses mots parlent d’intériorité, de vivant, d’humain qui se cherche et interroge la réalité de notre monde. 

Ils ont si fortement résonné en moi que j’ai pris l’initiative de le contacter.

Il a accepté de nous donner l’occasion d’échanger ensemble hors et dans un micro en m’accueillant dans son appartement aux accents de cabinet de curiosité. 

Je ne suis pas la seule à être touchée par sa vision car sa page Facebook et compte Instagram cumulent aujourd’hui environ 30 000 abonnés.

Lors de notre rencontre, cela fait deux semaines qu’il rentre d’un séjour en Amazonie où il a participé, de façon intensive, à des cérémonies chamaniques.

A à différence des autres, je n’ai pas senti Stephan particulièrement enraciné dans l’environnement- Strasbourgeois- où je le rencontre. Comme si sa résidence était au-delà d’un lieu physique…

Et pour cause : le territoire qu’il s’est choisi d’explorer est celui de l’âme, de l’esprit, d’autres diront du divin ou des énergies…

A un moment de son parcours antérieur de gestionnaire de fortune, il n’arrive plus à maintenir le déni d’un sentiment d’absurdité grandissant. Il emploie également le terme d’incongruité à son apogée pour décrire ses années de vie étudiante puis professionnelle.

Une vie où il note un ego qui gesticule beaucoup et qui, pour guérir des blessures, des peurs et des manques, a choisi l’accumulation et la compétition. 

Dès lors, il déploie l’effort d’arpenter d’autres méandres, ceux que l’on rencontre au cœur du vivant.

Extérieurement, cela se manifeste d’abord par l’écriture de courts textes sur une page Facebook, puis des plus longs.

Au vu de leur succès et à la demande de sa communauté, il met en place l’auto-édition et la publication d’un premier ouvrage grâce au financement participatif, puis d’un second. Les campagnes de crowdfunding ont dépassé leurs objectifs.

Il décide, entre-temps, de se mettre à disposition de ceux qui le souhaitent pour une écoute, un accompagnement et prépare également l’organisation de retraites visant à la transformation intérieure.

Certains se dirigent très tôt vers les métiers centrés sur la relation d’aide comme une évidence. D’autres, y arrivent après un cheminement, plus ou moins long…

Mais le hasard n’existe pas, n’est-ce pas ?

 

Les spécificités du parcours de Stephan  :

A la fin de sa scolarité obligatoire, en classe de 3ième, Stephan choisit des études en Bac Pro commerce.

Selon lui, la meilleure option pour répondre à l’exigence du système d’orientation alors qu’il ignore quelle voie suivre. Cette décision lui permet également de se préserver du  temps pour sa passion dévorante de l’époque : le billard.

La pratique du billard le conduit à se challenger lors de compétitions et concours de niveau mondial. A cette période, il atterrit presque « par hasard » dans le monde de la finance après un entretien à la Banque Postale.

S’ensuit 15 ans d’une carrière dans la banque et gestion de fortune qui le poussera toujours plus haut, toujours plus loin.

Des lectures, des rencontres, un premier voyage en Amérique du Sud, l’amèneront à ré-interroger ses motivations.

C’est le moment pour lui de mesurer l’écart entre le petit garçon qui se posait des questions sur la vie et ce à quoi il consacre ses journées : repousser sans cesse des sommets avec toute cette énergie dépensée pour les atteindre.

C’est au travers d’une page Facebook, crée en janvier 2018, qu’il partage les mouvements intérieurs qui le traversent sous forme de textes et d’illustrations profonds et intrigants.

Progressivement et sans réel stratégie, il pose alors les jalons d’un autre type d’escalade. Ici, la pente à gravir tend à retrouver un alignement, les sources d’une position juste.

En somme, travailler aux fondations d’une autre façon d’être et d’envisager son chemin. 

Stephan, lorsque je le rencontre, examine la question de la légitimité taraudant certainement toute personne qui se propose d’être à l’écoute de l’autre. 

Ceux qui ont choisi la place d’accompagnant pour (se) guérir des blessures intimes et sociales.

Son analyse est celle-ci : notre monde occidental, la France particulièrement, cherche à mettre des gens dans des cases.

Le domaine de la guérison est une chasse gardée réservée aux professionnels pouvant justifier de diplômes.

Bien qu’il ne soit pas convaincu par le fait d’attester un savoir expérientiel à coup de certificats censés valider un statut d’aidant, il suit plusieurs formations personnelles.

Tu l’auras compris à la lecture de cette introduction, je te propose ici une balade sur des chemins assez singuliers.

Les réflexions et prises de position de ce « thérapeute » hors norme m’ont semblé intéressante car elles incitent à une vision différente des choses tout en décrivant le processus traversé par un créateur de sa propre activité. 

Aujourd’hui, Stephan a abandonné son ancien métier, il décide d’aller vers un certain dépouillement et allègement. De l’accumulation des biens passés, il souhaite maintenant privilégier une forme de redistribution et de partage.

Le temps permettra de vérifier si son activité peut devenir pérenne et rémunératrice.

 

 

Les éclairages apportés par l’expérience de Stephan

Les nouveaux rapports au travail & l’identité d’entrepreneur

Stephan ne souhaite pas s’envisager comme un entrepreneur car, je le cite,  » je ne tiens pas à corrompre ma démarche dans le but d’atteindre la perspective d’une activité professionnelle ».

Selon lui, quand la source d’une intention est juste et qu’elle résonne avec des choses plus profondes, le caractère durable, viable  va être une conséquence…

Pour autant, à mes yeux, Stephan possède quelques points communs avec des processus que l’on retrouve souvent dans le monde entrepreunarial, tel que je le conçois en tous les cas.

Par exemple, il ne répugne pas à sortir de sa zone de confort : « si j’identifie quelque chose que je n’aime pas faire, c’est une bonne raison pour le faire. Comme aller au contact de ma voix ou de mon image. »

Aussi, la façon dont il s’appuie sur ses compétences transversales acquises antérieurement. Il sait transférer des savoir-faire pour élaborer des réponses efficaces  par rapport aux buts visés.

Perçois-tu également cette image de Stephan devant une table de billard ?

Avant de passer à l’action, il analyse quel geste le plus direct et adapté lui permettra de parvenir à ses fins.

Et puis, on peut concevoir que les entrepreneurs font partie de la sphère des créateurs.

Au même titre que les artistes, ils réinventent leurs propres règles et redéfinissent leurs périmètres de contraintes. Celui qui fait vivre le compte « Un curieux hasard » me semble relié à cette sphère.

Enfin, il est à l’écoute et aux aguets de certains signaux faibles, dans le domaine de la thérapie transformationnelle par exemple…

Rendez-vous en conclusion de cet article pour en savoir plus sur cet aspect novateur et pionnier !

Les façons inédites de s’informer, s’auto-former et évoluer

Stephan n’hésite pas à être un éternel apprenant. En autodidacte curieux, il expérimente des techniques qu’il doit maîtriser pour exprimer au mieux ses messages.  

Il se familiarise notamment avec la vidéo pour ses campagnes de crowdfunding  et la composition graphique pour ses livres auto-édités.

Gratuites ou à faible coût, il utilise les ressources numériques disponibles pour monter en compétences afin de rendre visible et disponible son univers, ses propositions.

J’ai envie de considérer ici une autre forme d’apprentissage : « les voyages intérieurs » qu’il expérimente.

En effet, ils représentent une autre porte d’accès à une connaissance au sujet de lui-même, du monde extérieur, des autres et des liens reliant toutes ces entités.

 

L’enjeu de l’identité numérique

La « E-popularité » de sa page  » Par un Curieux hasard » a de quoi suscité une certaine admiration et curiosité.

Au départ, Stephan se prend au jeu de publier anonymement de courts textes sur la page Facebook qu’il crée.

Son moteur ? Le plaisir de communiquer ses écrits et pensées avec d’autres personnes.

Il publie un texte tous les 2,3 jours pensant toucher au max 200 à 300 personnes à terme.

Rapidement, ces textes ont connu un processus viral. De manière organique, ils atteignent 1000 abonnés le premier mois, 4000 le second !

Au bout d’un an et demi, il précisera enfin son nom à la suite des textes.

C’est le premier surpris à se retrouver avec une communauté engagée, composée de presque 30 000 personnes. Des personnes qui le remercient pour ces mots, qui parlent de synchronicité étonnante avec ce qu’ils resentent et qui engagent des conversations avec lui.

A ses yeux, l’idée de Réseau Social  permet de matérialiser le concept d’une intelligence planétaire, une sorte de conscience parallèle.

Un gigantesque « cloud » qui se compose d’inconscients individuels et d’un inconscient collectif peuplés d’idées, d’émotions et de pensées.

Par rapport à ses prises de position sur la vie, la réalité, ses posts déclenchent parfois des réactions très vives tant positives que négatives.

Ces dernières sont déclenchées d’autant + aisément que dans la vie réelle où on ne peut pas se protéger derrière un écran.

Il fait alors l’apprentissage du phénomène des haters. Aborder la spiritualité peut être perçu sous l’angle de la religion et cela devient vite un sujet « touchy » et clivant. 

Toutefois, les messages haineux sont minoritaires. Sa réponse est de ne pas rentrer dans les mêmes travers en adoptant une posture bienveillante, respectueuse de l’autre et de ses convictions.

 Le développement personnel

Avec « Curieux hasard », Stephan s’inscrit dans cette vague de fond, d’un retour vers soi,  observable chez un grand nombre d’individus,

Il interprète cette quête de sens par le changement de modèle où l’essentiel ne revient plus à gagner sa vie mais à être heureux. 

En effet, on ne s’accomplit plus forcément par un métier, une carrière. 

On revient à des choses plus primitives, plus corporelles en fonction d’un degré atteint d’absurdité.

Le sentiment d’un déséquilibre général est très prégnant et partagé de nos jours.

Ce retour à un archaïsme peut s’interpréter comme des anti-corps qui émergent par rapport à une dérive, un manque de sens dont la réponse est la quête de soi.

Sa manière d’accomplir ce chemin est d’écouter en lui les choses qui sont plus alignées avec des envies, du désir et non plus celles dictées par des peurs.

Il tente de répondre chaque jour à ces questions :

Qu’est-ce que j’ai envie d’être, de rayonner et de créer ?

Une vision avant gardiste des psychotropes dans le domaine du soin

A la fin de notre entretien, on aborde un autre sujet délicat, largement polémique.

Stephan nous invite à percevoir au-delà des voiles et des certitudes bien établies.

Il s’agit de l’usage thérapeutique, spirituel, légal et encadré de certains produits psycho-actifs dans un contexte de soin visant à la transformation intérieure.

Pour aborder cette thématique, il faut d’abord remettre dans le contexte le mot “drogue”. Ici, nous le comprenons comme une substance qui agit sur le cerveau.

On y associe souvent une dimension addictive, péjorative, dangereuse. Mais, ce n’est pas parce que quelque chose est légal qu’il n’est pas dangereux et inversement.

On peut, par exemple, penser au tabac ou à l’alcool. 

Certaines drogues, viennent élargir ou rétrécir notre conscienceCelles qui suscitent son intérêt font évidemment partie de la première catégorie que l’on appelle « psychédéliques ». 

On y trouve, entres autres, l’ayahuasca (une liane d’Amérique de Sud), la psylocibine (la molécule chimique des champignons dits magiques), le L.S.D. (cher à Steve Jobs et à deux prix nobels de chimie).

Depuis quelques années, on perçoit une renaissance du psychédélisme.

Un certain nombre d’enthéogènes reviennent sur le devant de la scène malgré l’intolérance de nos sociétés occidentales  à l’égard de ces « plantes-médecines ». 

Ces substances, largement utilisées dans certaines cultures traditionnelles, vont générer l’expérience du “divin ».

Elles font l’objet aujourd’hui d’étude scientifique soulignant leurs effets sur le fonctionnement de notre cerveau.

Parmi ceux-ci, des propriétés pourraient être utilisées dans un cadre thérapeutique et encadré afin d’accompagner certains types d’addiction, de dépression, de souffrances psychiques.

Cela se déroule déjà, à titre officiel et expérimental, dans certains pays comme la Suisse, plusieurs états d’Amérique du Nord, la Nouvelle-Zélande, l’Australie et le Canada.

Stephan participe à creuser ces premiers sillons sur un territoire méconnu et encore très controversé, tout particulièrement en France, comparativement à nos voisins immédiats.

Un nouveau rêve pour celui qui décide désormais de mettre son potentiel et sa curiosité au service de la création de liens entre les mondes visibles et invisibles.

2 Commentaires

  1. Bonjour, j’ai découvert par hasard le site de Stephan et je m’y suis abonnée tout de suite tellement ses textes étaient en résonance avec ma propre recherche intérieure. J’aime les textes qu’il écrit, comme ceux de Jeff Foster, qui sont des pensées qui s’éloignent de tout dogmatisme et s’approchent du Grand Soi, et aident vraiment à se connecter avec les profondeurs de l’âme, merci pour votre article car je ne savais absolument rien sur cet homme. Bien à vous Fabienne

    Réponse
  2. Fabienne !

    Un grand merci pour votre retour !
    Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point c’est un plaisir de lire votre satisfaction.
    Egalement « Fan » de la page et des textes de Stephan, je trouvais ça intéressant de lever le voile sur ce personnage…
    J’ai beaucoup apprécié notre rencontre.
    Je tiens à vous remercier également pour la mention de Jeff Foster, je ne le connais pas et je vais m’empresser de le découvrir.
    Bien à vous,
    Vanessa

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoins Colancing

Colancing est le 1er espace de coworking en ligne pour freelances et indépendants. Il regroupe des entrepreneurs motivés et bienveillants qui mettent leurs expertises et leurs expériences en commun pour avancer en équipe.

Blog et Podcast

Autres
Episode 7 Marianne, la femme apprenante

Episode 7 Marianne, la femme apprenante

« Celui qui trouve pour les autres, les réponses qu’il n’a pas trouvé pour lui-même »,… ça c’est la définition du leader selon Marianne, la 7ième rencontre de mon aventure nomade. Elle m’a chaleureusement accueillie chez elle à Cherbourg il y a plusieurs mois. L’occasion d’une plongée dans son remarquable parcours et son univers aux multiples passions.

lire plus
Retrouve-nous aussi ici
Actus

Suis-nous

L’univers Colancing te plaît ? Reçois des articles et des podcasts tout frais dans ta boîte mail.

Actus

Suis-nous

L’univers Colancing te plaît ? Reçois des articles et des podcasts tout frais dans ta boîte mail.

Retrouve-nous aussi ici